k-libre - auteur - Masaki Kobayashi

Les caïds ont tous un grain. Ça doit être la pression.
Nicolas Jaillet - Sansalina
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 janvier

Contenu

Masaki Kobayashi

MAJ mercredi 13 juin 2012
© D. R.

Biographie Masaki Kobayashi


Naissance à Otaru le 14 février 1916.
Mort à Tokyo le 04 octobre 1996.
Des études d'art et de philosophie conduisent Masaki Kobayashi aux studios Shochiku où il officie dès 1941 en qualité d'assistant-réalisateur. Mais en décembre 1941, le Japon entre en guerre contre les États-Unis et leurs alliés. Mobilisé dès janvier 1942, Masaki Kobayashi débarque en Asie du Sud-Est avec l'uniforme de l'Armée impériale. Il est alors témoin des atrocités commises sur les populations. C'est ce témoignage qui sera le terreau d'une vaste fresque cinématographique de plus de neuf heures en 1959, La Condition de l'homme. Mais auparavant, il a réintégré les studio Shochiko et collaboré avec Keisuke Kinoshita à Carmen revient au pays (1951), premier film tourné en couleur sur l'île du Soleil levant. Réalisateur hors norme, il s'attaque à des films personnels qui sont autant de féroces critiques de la société japonaise à qui il reproche son archaïsme et ses traditions désuètes - Harakiri, en 1962, et Rébellion, en 1967 -, non sans s'autoriser un joli détour vers le fantastique avec Kwaïdan en 1964. Par la suite, la fortune est contre lui. Il ne réalise que quelques films incompris du public, tourne pour la télévision. Pourtant, il est reconnu à l'international. Le festival de Cannes l'honore du Prix spécial du jury en 1962 pour Harakiri, film de samouraï sur fond de vengeance, à l'esthétisme cinématographique impressionnant. Il meurt en 1996 d'un arrêt cardiaque.


* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page