k-libre - auteur - Seicho Matsumoto

Ce n'était pas tant un espoir qu'un fantasme en réalité. La vie est avare de secondes chances. Je le savais.
Robert Goddard - Le Retour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Seicho Matsumoto

MAJ mardi 15 mai 2012
© D. R.

Biographie Seicho Matsumoto


Naissance le 21 décembre 1909.
Mort le 04 août 1992.
De son vrai nom Kiyoharu Matsumoto, Saicho Matsumoto est né dans l'île de Kyushu. Seul enfant d'une famille modeste, il s'empresse de trouver un travail à sa sortie de l'école sans aller à l'université. Simple employé dans une entreprise de services, il finit par arriver au département publicitaire de Asahi Shinbun. C'est alors que survient la Seconde Guerre mondiale. Enrôlé au sein d'un corps médical, il part en Corée. La guerre terminée, il reprend son travail, mais est muté à Tokyo en 1950. Durant son adolescence turbulente, il lit de nombreux textes révolutionnaires pourtant bannis par le gouvernement. Son engagement protestataire fait enrager son père qui détruit alors la bibliothèque de son fils. Il s'essaie à l'écriture. C'est en 1950 qu'il répond à un concours de nouvelles proposé par la revue Shukan Asahi. "Le Commerce de Saigo" obtient le troisième prix. Insuffisant pour un homme qui a trois générations à sa charge, mais prometteur. Sans le savoir, il met le doigt dans un engrenage littéraire qui le conduira à écrire pendant près de quatre décennies plus de quatre cent cinquante romans, recueils de nouvelles et essais. Surnommé le Simenon japonais, il intègre à ses intrigues des éléments de la vie ordinaires et une étude psychologique. Il dénonce la corruption qui touche la police, et s'il pointe du doigt les crimes qui menacent la société, il n'oublie pas de décrire cette société à l'origine de bien des crimes. Dès 1952, il remporte le Prix Akutagawa. En 1957, il obtient le Mystery Writers of Japan Award, et en 1970, le Prix Kikuchi Kan. De 1963 à 1971, il est président de la Mystert Writers du Japon. Il meurt à quatre-vingt-trois ans d'un cancer non sans avoir croisé les pas d'Ellery Queen lors de son passage au Japon, ni sans avoir été invité à Grenoble à l'instigation des auteurs français de littérature policière.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page