k-libre - auteur - Norman Foster

Avec une pareille info, Drano deviendrait à coup sûr le journaliste le plus célèbre de France, l'équivalent d'un des mecs du Washington Post, à l'époque de Nixon et de Gorge Profonde.
Jean-Bernard Pouy - Les Compagnons du veau d'or
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 27 septembre

Contenu

Norman Foster

MAJ lundi 27 mai 2013
© D. R.

Biographie Norman Foster


Naissance à Richmond le 13 décembre 1900.
Mort à Santa Monica le 07 juillet 1976.
Né John Hoeffer, Norman Foster se consacre tout d'abord au journalisme. Jeune reporter dans un quotidien local de l'Indiana, il décide d'aller à New York pour obtenir un meilleur poste.
Une initiative qui le conduit à aller faire dès 1926 le pied de grue des agences de théâtre pour des rôles d'acteur. Avant tout faire-valoir d'actrices que l'histoire a aujourd'hui oubliées, il fait cependant une apparition sur Broadway dans la pièce June Moon en 1929 dans la pièce des metteurs en scène George S. Kaufman et Ring Lardner. On lui doit également quelques passages sur la scène londonienne.
Il se marrie en 1928 avec la comédienne américaine Claudette Colbert, puis débute au cinéma comme acteur en 1929 dans Gentlemen of the Press, obtient un rôle mineur dans Les Carrefours de la ville, de Rouben Mamoulian, deux ans plus tard, et un second rôle dans La Foire aux illusions de Henry King en 1933. Il joue dans quarante-trois films entre 1929 et 1938.
En 1936, il passe à la réalisation pour les studios de la Fox. Il signe les séries Charlie Chan et Mister Moto, réalise les différentes aventures de Davy Crockett, de Walt Disney, ainsi que quelques films d'aventures dont Signé Zorro. On lui doit un épisode du Frelon vert.
C'est alors qu'il divorce de sa première femme, nous sommes en 1935. En octobre de la même année, il se marie avec l'actrice Sally Blane, grande sœur de Loretta Young. En juin 1936, leur premier enfant nait, une fille prénommée Gretchen. Viendra un garçon, Robert, quelques temps plus tard.
Il a écrit quelques pièces de théâtre pendant les années 1930, et en 1937 tout naturellement, on retrouve son nom au générique d'un premier film en qualité de scénariste. Il cumule même pour la série Mister Moto le scénario et la réalisation.
En 1943, il achève et signe un film d'Orson Welles, Voyage au pays de la peur. De son œuvre peu saluée par la critique et quelque peu boudée par le public se dégagent deux westerns, Rachel et l'étranger (1949) et Navajo (1952), et Woman on the run (1950), un film noir. Dans les années 1960, il se tourne vers la télévision.
Norman Foster fonde avec Hall Bartlett sa propre société de production, B-F Productions.
À partir des années 1960, Norman Foster se consacre à la télévision.
En 1976, Norman Foster meurt des suites d'un cancer. Il est enterré avec sa femme au Culver City's Holy Cross Cemetery.


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 20/08 Cinéma: Festival polar action-cristolien
    L'Action Christine* nous a fomenté une semaine bien noire avant la rentrée. De celles que l'on n'oublie pas avec de grands réalisateurs comme Richard Fleischer, Jacques Tourneur, Otto Preminger et John Huston. Les sept films proposés ne sont pas rares à l'écran des cinéclubs, encore moins à L'Action Christine. Il n'en demeure pas moins qu'ils appartiennent tous à cette catégorie de films que l'on re-regarde avec tout autant d'intérêt et d'intensité. Le plus connu d'entre eux est sans aucun doute Le Faucon maltais, de John Huston, avec Humphrey Bogart en Sam Spade, personnage inventé par Dashiell Hammett, détective privé de son état, qui évolue dans une énigme en eaux bien moins limpides que les deux inspecteurs qui montent à bord du Chicago Express afin d'aller chercher un témoin qui doit comparaitre à un procès, et qui est sous la menace de dangereux criminels. Mais, et c'est une habitude prise par L'Action Christine, l'ensemble des films proposés méritent à la fois le détour et une étude bien particulière. Si vous êtes parisiens ou dans les environs, n'hésitez pas à aller vous poser dans la salle, et admirez le résultat !

    Festival : le polar
    Le polar est un genre majeur qui ne se démode pas. Même si dans le cinéma d'aujourd'hui, il y a une tendance à fabriquer des films bourrés d'énormes effets pyrotechniques ou autres (facilement réalisés par informatique) dans lesquels les acteurs agissent comme des robots humanoïdes. Pourtant, des histoires d'hommes ou de femmes poussés à s'engager dans une voie criminelle, par un mauvais choix d'existence, par un contexte social dur ou injuste ou par faiblesse psychologique, les sujets ne manquent pas pour créer des œuvres passionnantes qui nous fascinent par la violence exposée, et par la vision sans concession qu'elles offrent de la société. Car beaucoup de réalisateurs ne faisaient pas de leurs personnages des héros positifs, montrant plutôt des individus inadaptés, souvent médiocres, tentant de survivre dans un monde sans pitié, et parfois de vrais déments, brutes sadiques ou psychopathes charmeurs et machiavéliques. Voici un programme qui en fait la démonstration.

    Mercredi 21 août :
    L'Énigme du Chicago Express (The Narrow Margin), de Richard Fleischer (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30).
    Jeudi 22 août :
    Les Amants traqués (Kiss The Blood Off My Hands), de Norman Foster (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30).
    Vendredi 23 août :
    La Dernière rafale (The Street With No Name), de William Keighley (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Samedi 24 août :
    Mark Dixon, détective (Where The Sidewalks Ends), de Otto Preminger (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 25 août :
    Le Faucon maltais (The Maltese Falcon), de John Huston (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Lundi 26 août :
    Angoisse (Experiment Perilous), de Jacques Tourneur (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Mardi 27 août :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Goulding (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).


    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél. : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Le Faucon de Malte |Dashiell Hammett |Richard Fleischer |Otto Preminger |Jacques Tourneur

  • 31/07 Cinéma: Film noir, Gene Wider & Jerry Lewis
  • 02/04 Cinéma: Shane & Lancaster : acte II
  • 25/09 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page