k-libre - auteur - Francis Carco

Les gens qui le connaissaient, même ceux qui l'avaient élevé, savaient que tôt ou tard Earl Sheridan finirait par tuer quelqu'un. Peut-être était-ce simplement une accumulation d'incidents mineurs, mais ceux qui comprenaient un tant soit peu la psychologie humaine savaient que le pouvoir des petites choses ne devait jamais être sous-estimé.
Roger Jon Ellory - Mauvaise étoile
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 01 avril

Contenu

Francis Carco

MAJ jeudi 17 novembre 2011
© D. R.

Biographie Francis Carco


Naissance à Nouméa le 03 juillet 1886.
Mort à Paris le 26 mai 1958.
Francis Carco est un journaliste et homme de lettre français né sous le soleil de Nouvelle-Calédonie, non loin des sentiers des bagnards qui ne tarderont pas à hanter son œuvre.
Au gré des déplacements paternels, il voyage un peu partout en métropole avant de se poser à Nice chez sa grand-mère. Foyer qu'il retrouvera selon ses désenchantements littéraires et sentimentaux. Les gens extraordinaires attirent les gens extraordinaires et vivent des choses extraordinaires. C'est bien entendu le cas de Francis Carco. Du côté de Montmartre, où il pousse la chansonnette et déclame des vers en compagnie de Robert de la Vaissière, Jean Pellerin, Léon Véranne et Tristan Derème avec qui il fonde l'École fantaisiste. C'est aussi l'heure de rencontrer Pierre Mac Orlan et Roland Dorgelès, de fréquenter Modigliani, Max Jacob et Guillaume Apollinaire, et d'avoir ses premières grandes histoires amoureuses avec les femmes d'autres. Tout d'abord Katherine Mansfield qui l'inspirera toute sa vie, avec qui il vivra une passion amenée à mourir.
Il publie en 1914 son premier roman, Jésus-la-Caille, avant de partir à la guerre. Grâce à l'appui de Jean Paulhan, il ne tarde pas à incorporer l'aviation. Il obtiendra par la suite son brevet d'aviation. Il passe la Grande guerre sans heurt avant de poursuivre une carrière littéraire qui l'amènera au Grand Prix du roman de l'Académie française en 1922 pour L'Homme traqué, et à être membre de l'Académie Goncourt. Il aura entretemps convolé en juste noce avec Éliane Négrin non sans l'avoir ravie à son mari Nissim Aghion, qui avait fait fortune dans le coton et dont elle avait trois enfants. Elle restera avec lui jusqu'à sa mort, des suites de la maladie de Parkinson.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page