k-libre - auteur - Robert Louis Stevenson

Il avait compris que son pays, très ancré dans une culture arabo-musulmane, avait une certaine inertie. Au lieu de forcer l'allure du développement de son royaume, il réforma celui-ci en douceur.
Marc Zellweger - L'Envol des Faucons
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 mai

Contenu

Robert Louis Stevenson

MAJ mardi 06 septembre 2011
© D. R.

Biographie Robert Louis Stevenson


Naissance à Édimbourg le 13 novembre 1850.
Mort à Vailima le 03 décembre 1894.
Quelle santé ! Exécrable. Écartant Robert Louis Stevenson, enfant, d'une scolarité régulière. R.L.S. a le poumon fragile et la mort le hante avant qu'il n'ait appris à la craindre. Ensuite, c'est la santé tout aussi exécrable de sa mère (le poumon, également, et les nerfs...) qui contraint la famille à une recherche perpétuelle de climats cléments, notamment dans le sud de la France. R.L.S. prend très tôt le pli de l'errance et conscience de son destin d'écrivain. Quand le père doit se rendre à l'évidence que son fils - dont il voulait faire, comme lui, un constructeur de phare, un ingénieur –, est devenu conteur, il l'oriente vers le récit historique (RLS n'abandonnera jamais ce genre). Mais la palette littéraire du jeune Stevenson est beaucoup plus vaste, aventureuse, bohème, et son anticonformisme n'a pas fini de dérouter le paternel. Une apologie des oisifs est parue en magazine en 1877. Un an plus tôt, il rencontre en France Fanny Osbourne, artiste peintre, de dix ans son aînée et vivant, avec ses deux enfants, séparée de son mari. R.L.S. décide de faire sa vie avec elle. Le père menace de lui couper les vivres. R.L.S. ronge son frein, reporte un temps, faute de moyen, le voyage aux États-Unis, où Fanny Osbourne doit encore obtenir le divorce. Voyage avec un âne dans les Cévennes, la bible des flâneurs, des amoureux de l'oisiveté, paraît en 1879, cette même année où R.L.S. part pour les États-Unis. Son père met ses menaces à exécution avec une efficacité machiavélique : en empêchant la publication des récits, des nouvelles, avec lesquels R.L.S. comptait financer son séjour sur place. Récits éblouissants, de survie et de misère matérielle à peu près totale - voir La Route de Silverado. Début de sa vie commune avec Fanny Osbourne et ses rejetons. Voyages incessants, d'un climat l'autre. Lutte quasi constante avec la maladie et la mort. R.L.S. vit comme en sursis, en survivant. Fanny Osbourne le veillera de nombreuses fois, avant qu'il ne succombe pour de bon en 1894, aux île Samoa, où ils seront partis chercher le climat tropical, où ils auront trouvé le bonheur et lutté contre le colonialisme teuton. La palette littéraire de R.L.S. se sera exprimée à plein. Contes, essais, nouvelles, récits autobiographiques, romans d'aventure (L'Île au trésor date de 1883)... R.L.S. donne également dans le fantastique, et c'est Dr Jekyll et Mr Hyde (1886) qui lui apportera le succès, lui vaudra d'être accueilli en vedette aux États-Unis, où quelques années plus tôt il manquait déjà plusieurs fois de s'éteindre. Nouvelles et romans noirs, encore (écrits à Vailima, à partir de 1890). Contes fantastiques toujours. Quelle santé !


Bibliographie*

Nouvelliste :

Romancier :

Scénario inspiré de son œuvre :

Actualité

  • 12/06 Édition: Parutions de la semaine - 12 juin
  • 01/11 Commémoration: Calendrier holmésien du mois de novembre
  • 31/05 Édition: Parutions de la semaine - 31 mai
  • 01/04 Jeux: k-libre 12-21 : thématique d'avril
  • 15/03 Édition: Parutions de la semaine - 15 mars
  • 15/02 Édition: Parutions de la semaine - 15 février
  • 08/01 Colloque-conférence: Naugrette raconte Hopper
    La BiLiPo (48-50 rue du Cardinal-Lemoine - 75005 Paris. Tél. : 01.42.34.93.00) accueille Jean-Pierre Naugrette, professeur à Paris 3, ancien élève de l'École normale supérieure, spécialiste et traducteur de Robert Louis Stevenson et de Sir Arthur Conan Doyle, le samedi 12 janvier à 16 heures pour une conférence à l'occasion de la parution d'Edward Hopper, rhapsodie en bleu aux Nouvelles éditions Scala. L'ouvrage est sorti au moment même où se déroule une vaste rétrospective du peintre américain mettant l'accent sur la nostalgie d'une époque passée et abordant la civilisation moderne d'un regard et d'un trait doux et pourtant acérés. L'ouvrage de Jean-Pierre Naugrette se présente comme une fiction policière. Ce n'est pas sa première immersion dans le genre, puisque l'auteur a déjà signé cinq romans policiers dont le dernier en date, Exit Vienna, au très classieux Visage vert, s'articule autour des dernières années de Freud (qui décidément intéresse fortement nos criminels fictionnels).




    Pour en revenir au pourquoi de cette conférence, nous ne saurions mieux dire que ce que la BiLiPo nous a transmis : "Très tôt, avec sa gravure Ombres nocturnes (1921), le peintre américain Edward Hopper a été associé à l'univers du roman noir et du polar. Plongées nocturnes dans des intérieurs vivement éclairés, immeubles aux stores à demi baissés, cadrages d'une solitude urbaine, et bien sûr, le chef d'œuvre qu'est Nighthawks (1942) présent à la rétrospective du Grand Palais, qui évoque les films de gangsters, ont incité à de nombreux rapprochements entre sa peinture et la littérature policière, mais aussi le cinéma des années 1930-1950. On sait que Hitchcock s'en est inspiré à plusieurs reprises, et notamment dans Psychose.
    Dans son livre, Jean-Pierre Naugrette joue de ces liens étroits pour tisser une fiction originale, dans laquelle un photographe, ami, collaborateur et double du peintre, est pris à son insu dans une intrigue à la fois policière et picturale qui le dépasse, et se déroule au sein de l'univers étrange des tableaux de Hopper."
    Si après la lecture de cette dépêche vous n'êtes pas convaincus...

    Informations pratiques concernant l'exposition :
    Edward Hopper au Grand Palais
    Liens : Alfred Hitchcock |Arthur Conan Doyle |Jean-Pierre Naugrette

  • 26/09 Site Internet: Citations diaboliques
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page