k-libre - auteur - Edward Dmytryk

Alors qu'il progressait entre des carcasses d'engins militaires, il essaya de ne pas penser aux chiffres noté sur les capots, indiquant des niveaux de radiation vertigineux.
Morgan Audic - De bonnes raisons de mourir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 30 novembre

Contenu

Edward Dmytryk

MAJ dimanche 26 mai 2013
© D. R.

Biographie Edward Dmytryk


Naissance à Grand Forks le 04 septembre 1908.
Mort à Encino le 01 juillet 1999.
D'origine ukrainienne, Edward Dmytryk nait en Colombie britannique au Canada, avant de suivre sa famille à San Francisco où sa mère meurt, et son père se remarie.
En 1923, il est embauché comme coursier pour la Paramount. Il devient par la suite chef monteur, puis réalise son premier long métrage en 1935 avec The Hawk. Il obtient en 1939 la nationalité américaine. Plus connu pour ses films noirs, qu'il tourne pour la RKO, comme Adieu, ma belle (1944) où Dick Powell incarne Philip Marlowe, le détective de Raymond Chandler, ou Feux croisés (1947) avec les "Trois" Robert de l'époque - Young, Mitchum & Ryan -, Edward Dmytryk signe en 1943 avec Les Enfants de Hitler, un film réquisitoire contre le fascisme.
Sympathisant de la gauche politique américaine, il adhère au parti communiste américain entre 1944 et 1945. Avec Dalton Trumbo, il sera l'un des deux réalisateurs à faire partie des "Dix d'Hollywood", jugés à partir d'avril 1948 en raison de l'influence du communisme au sein de l'industrie du cinéma. Edward Dmytryk est condamné à six mois de prison et cinq cents dollars d'amende. La chasse aux sorcière n'en est pas encore à son apogée, mais Edward Dmytryk se rétracte, comparait de nouveau devant la Commission sur les activités antiaméricaines le 25 avril 1951, et donne vingt-six noms de personnalités adhérant au parti ou à l’idéologie communiste afin de pouvoir continuer à tourner.
Son contrat avec la RKO est rompu depuis 1947, mais il peut enfin réaliser un nouveau film en 1952 qui, ironie de l'histoire, s'intitule Mutinerie à bord, un film au relent nationaliste historique en plein blocus pendant la guerre d'indépendance américaine. Mais ses dénonciations, à l'instar de celles d'Elia Kazan, ont provoqué un véritable tollé dans le monde du cinéma, d'autant que certains des "Dix" on retrouvé du travail avec l'aide de personnalités du cinéma qui les emploient mais taisent leurs noms. Son œuvre déjà tourmentée ne l'en est que plus.
Edward Dmytryk cherche à se racheter de ses erreurs en tournant en 1954 un western antiraciste, La Lance brisée. En 1959, il réalise son plus beau succès d'après-guerre avec L'Homme aux colts d'or, qui met aux prises Henry Fonda et Anthony Quinn.
Il réalise entre 1935 et 1979 près de soixante films - dont une intéressante et surprenante adaptation de Barbe Bleue en 1972 dans un château que n'aurait pas renié Sade.
À la fin de sa vie, il enseigne à l'Université du Texas à Austin et à l'Université de Californie du Sud. Il s'éteint à l'âge de quatre-vingt-dix ans.


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 07/04 Cinéma: Polars et plaisirs du cinéma - acte II
  • 31/07 Cinéma: Film noir, Gene Wider & Jerry Lewis
  • 25/06 Cinéma: Vincente Minelli & Film noir
  • 27/11 Cinéma: Robert Ryan à L'Action Christine
  • 10/10 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes - Acte III
  • 03/10 Cinéma: Que fait la police ? au Forum des images
    Plus d'une cinquantaine de films, un hommage à Alain Delon, des cours de cinéma, trois débats organisés par Mediapart : le Forum des images fait la part belle au cinéma policier en se mettant du côté de la police (et par moments du côté opposé). De L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer, à Polisse, de Maïwenn, pas moins de quatre-vingts années où le cinéma a tenté de rendre compte du dur labeur policier avec des hommes parfois rustres, parfois exacerbés, tentés de franchir la ligne rouge de la légalité. Il y a du violent, du très violent. Des images en provenance des États-Unis, d'autres d'Asie, un peu de Giallo, le film noir à l'italienne. Pour répondre à vos questions, des interlocuteurs privilégiés, spécialistes, connus ou pas. Vous ne pourrez pas aller tout voir, mais vous ne pourrez manquer d'être alléché par le programme. N'hésitez pas à aller sur le site du Forum des images (liens en bas d'article) pour avoir beaucoup plus d'informations.

    Que fait la police ?
    17 octobre au 30 novembre 2012 au Forum des images.

    Les fictions réalistes voisinent avec la mythologie du flic à l'écran, une des plus attractives du 7e art. Au programme, une cinquantaine de films, des cours de cinéma, des rencontres et des débats avec des chercheurs, dont la parole viendra éclairer ce cycle.

    Scènes d'action :
    Filatures, courses-poursuites, gardes à vue aux quatre coins du monde : les bas-fonds de Tokyo (Chien enragé, Kurosawa), la pègre de New York (Les Infiltrés, Scorsese, La Nuit nous appartient, Gray), les triades de Chinatown (L'Année du dragon, Cimino), les dessous de Paris (Peur sur la ville, Verneuil) ou de Séoul (Memories of Murder, Bong).

    Derrière l'uniforme :
    Loin de la mythologie des supers flics de fiction, les policiers passent aux aveux. Leur quotidien et leurs états d'âmes sont placés sous surveillance grâce à Pialat (Police), Beauvois (Le Petit Lieutenant), Fleischer (Les Flics ne dorment pas la nuit), Maïwenn (Polisse), Porumboiu (Policier, adjectif), Wyler (Detective Story) ou Tavernier (L.627).

    Réalité vs fiction :
    Parce que des tranches de vies réelles valent n'importe quelle fiction, des grands noms du documentaire sont cités à comparaître : Zhao Liang (Crime & châtiment), Raymond Depardon (Faits divers), Ilan Klipper et Virgil Vernier (Flics, Commissariat) ou l'immense Frederick Wiseman qui présente L'Ordre public. Chine, France et USA, au rapport !

    Very Bad Cops :
    Violents, incontrôlables ou corrompus, certains représentants de l'ordre n'hésitent pas à transgresser la loi en utilisant des méthodes peu recommandables. Avec, à la manœuvre, l'incontournable Dirty Harry et Clint Eastwood, Serpico et Al Pacino, Bad Lieutenant et Harvey Keitel, la bavure policière n'est jamais loin (La Soif du mal, La Haine)...

    Brigade 1ère classe :
    Le policier, ce héros des temps modernes est l'une des figures les plus emblématiques du 7e art, incarnée par des acteurs de prestige : Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon, Paul Newman ou Sidney Poitier, Jean Gabin ou Lino Ventura, Robert Duvall ou Gene Hackman, Tony Leung ou Gian-Maria Volontè... et même Charlot !

    Interrogatoires musclés :
    Pour éclairer les projections, plusieurs débats en partenariat avec Mediapart réunissent journalistes, policiers et chercheurs autour de problématiques très actuelles comme la méfiance entre policiers et citoyens ou l'usage légitime de la force. Autres pièces à conviction : des Cours de cinéma autour des policiers du petit écran ou du polar italien.

    Programmation du cycle Que fait la police ?
    - 17 octobre à 16 h 30 : Police, de Maurice Pialat.
    - 17 octobre à 20 heures : French connection, de William Friedkin (soirée d'ouverture).
    - 18 octobre à 14 h 30 : El Bonaerense, de Pablo Trapero.
    - 18 octobre à 16 h 30 : La Nuit nous appartient, de James Gray.
    - 18 octobre à 19 heures : Quai des orfèvres, d'Henri-Georges Clouzot.
    - 18 octobre à 21 heures : Faits divers, de Raymond Depardon.
    - 19 octobre à 14 h 30 : L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer.
    - 19 octobre à 16 h 30 : Le Policeman, de Daniel Petrie.
    - 19 octobre à 21 heures : Police, de Maurice Pialat.
    - 20 octobre à 16 h 30 : L.627, de Bertrand Tavernier.
    - 20 octobre à 19 heures : Infernal Affairs, d'Alan Mak & Wai Keung Lau.
    - 20 octobre à 21 heures : Les Infiltrés, de Martin Scorcese.
    - 21 octobre à 14 h 30 : Histoire de détective, de William Wyler.
    - 21 octobre à 16 h 30 : Policier, adjectif, de Corneliu Porumboiu.
    - 21 octobre à 19 heures : La Chasse, de William Friedkin.
    - 21 octobre à 21 heures : Les Incorruptibles, de Brian de Palma;
    - 23 octobre à 21 heures : La Nuit nous appartient, de James Gray.
    - 24 octobre à 16 h 30 : Policier, adjectif, de Corneliu Porumboiu.
    - 25 octobre à 14 h 30 : L.627, de Bertrand Tavernier.
    - 25 octobre à 16 h 30 : Miami Vice - Deux flics à Miami, de Michael Mann.
    - 25 octobre à 21 heures : Le Policeman, de Daniel Petrie.
    - 26 octobre à 14 h 30 : French Connection, de William Friedkin;
    - 26 octobre à 16 h 30 : Les Incorruptibles, de Brian de Palma.
    - 26 octobre à 20 h 30 : Polisse, de Maïwenn (suivi d'une rencontre avec la réalisatrice).
    - 27 octobre à 16 h 30 : Le Petit lieutenant, de Xavier Beauvois.
    - 27 octobre à 18 h 30 : El Bonaerense, de Pablo Trapero.
    - 27 octobre à 21 heures : Miami Vice - Deux flics à Miami, de Michael Mann.
    - 31 octobre à 16 h 30 : L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer.
    - 31 octobre à 19 h 30 : Débat Mediapart - L'image de la police dans les médias animé par Fabrice Arfi.
    - 31 octobre à 21 h 30 : Breking News, de Johnnie To.
    - 1er novembre à 14 h 30 : Dans la chaleur de la nuit, de Norman Jewison.
    - 1er novembre à 16 h 30 : Chien enragé, d'Akira Kurosawa.
    - 1er novembre à 19 heures : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, d'Elio Petri.
    - 1er novembre à 21 heures : The Chaser, de Hong-jin Na.
    - 2 novembre à 14 h 30 : La Cité sans voiles, de Jules Dassin.
    - 2 novembre à 16 h 30 : The Chaser, de Hong-jin Na.
    - 3 novembre à 15 heures : Crime & châtiment, de Zhao Liang.
    - 3 novembre à 18 heures : Flics, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier (en présence des réalisateurs).
    - 3 novembre à 20 heures : Commissariat, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier (suivi d'un débat avec les réalisateurs).
    - 4 novembre à 15 heures : Frederick Wiseman dialogue avec Marcel Ophuls animé par François Niney .
    - 4 novembre à 17 heures : L'Ordre public (Law and Order), de Frederick Wiseman (présenté par le réalisateur).
    - 4 novembre à 19 heures : Faits divers, de Raymond Depardon.
    - 4 novembre à 21 heures : Délits flagrants, de Raymond Depardon.
    - 7 novembre à 16 h 30 : Dans la chaleur de la nuit, de Norman Jewison.
    - 7 novembre à 21 heures : Memories of Murder, de Joon-ho Bong.
    - 8 novembre à 14 h 30 : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, d'Elio Petri.
    - 8 novembre à 16 h 30 : Crime & châtiment, de Zhao Liang.
    - 11 novembre à 21 heures : La Cité sans voiles, de Jules Dassin.
    - 14 novembre à 16 h 30 : Memories of Murder, de Joon-ho Bong.
    - 14 novembre à 19 h 30 : Débat Mediapart - Police et citoyens, la grande méfiance animé par Edwy Plenel, directeur de Mediapart.
    - 14 novembre à 21 h 30 : Commissariat, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier.
    - 17 novembre à 19 heures : Un flic, de Jean-Pierre Melville (hommage à Alain Delon).
    - 17 novembre à 21 heures : Flic Story, de Jacques Deray (hommage à Alain Delon).
    - 18 novembre à 19 heures : Le Samouraï, de Jean-Pierre Melville (hommage à Alain Delon).
    - 21 novembre à 19 heures : Les Flics ne dorment pas la nuit, de Richard Fleischer (présenté par François Guérif).
    - 24 novembre à 19 heures : Punishment Park, de Peter Watkins.
    - 24 novembre à 21 heures : Electra Glide in Blue, de James William Guercio.
    - 25 novembre à 16 h 30 : L'Homme aux colts d'or, d'Edward Dmytryk.
    - 25 novembre à 21 heures : Rio Bravo, de Howard Hawks.
    - 28 novembre à 19 h 30 : Débat Mediapart - L'usage de la force animé par Louise Fessard.
    - 29 novembre à 19 heures : L'Inspecteur Harry, de Don Siegel.
    - 30 novembre à 16 h 30 : Electra Glide in Blue, de James William Guercio.

    Énoncé des débats Mediapart :

    L'image de la police dans les médias,animé par Fabrice Arfi.
    31 octobre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    Que montrent les séries télé et le cinéma du travail policier ? Comment se traduit le décalage entre l'image héroïque du super cop, et la réalité du terrain, faite d'attente, de petites affaires ? Malgré son ton réaliste, la série The Wire, devenue objet d'étude à l'université, fait à nouveau surgir l'image d'un policier confronté à de fréquents échanges de feu et aux morts violentes.
    Pour en débattre : Emmanuel Burdeau, qui a codirigé l'ouvrage collectif The Wire, reconstitution collective (Capricci, 2011), Hugues Pagan, ex-policier devenu scénariste (Police District, Mafiosa) et auteur de polars (Dernière station avant l'autoroute, Payot, 1997) ; deux sociologues, Fabien Truong, enseignant à Paris 8, auteur de La Force de l'ordre sur écoute (La Vie des idées) et Mathieu Zagrodzki, maître de conférences à Sciences Po Paris, auteur de Que fait la police ? (L'aube, 2012) ; et un critique de cinéma.
    NB : Ne ratez pas la rencontre exceptionnelle avec David Simon, créateur de The Wire, le 15 novembre à 19 heures !

    Police et citoyens, la grande méfiance, animé par Edwy Plenel, directeur de Mediapart.
    14 novembre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    De récents ouvrages montrent le divorce entre la population française et sa police, très centralisée et traditionnellement construite comme une police de maintien de l'ordre, plutôt au service de la protection de l'État. Une tendance historique renforcée ces dernières années par la politique du chiffre, où les statistiques se transforment en objectifs.
    Pour en débattre : Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité SGP Police FO ; Emmanuel Didier, chercheur au CNRS ; Ilan Klipper et Virgil Vernier, réalisateurs de Flics et Commissariat ; Christian Mouhanna, sociologue, auteur de La Police contre les citoyens ? (Champ social, 2011).

    L'usage de la force, animé par Louise Fessard.
    28 novembre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    L'usage de la force légitime définit la police. Si le FBI comptabilise les centaines de décès par balle causés par des policiers, en France, les polémiques portent plutôt sur l'usage de techniques d'immobilisation, des course-poursuites fatales ou d'armes comme le Flashball ou le Taser. Comment la violence vient-elle aux policiers ? Où l'institution place-telle la barrière entre violences légitimes et illégitimes ?
    Pour en débattre : Anthony Caillé, brigadier de police à la brigade de répression du banditisme, délégué CGT Police à Paris ; Fabien Jobard, directeur du Cesdip, auteur de Bavures policières ? La force publique et ses usages (La Découverte, 2002) et Guillaume Soulez (professeur à Paris 3, auteur de Quand le film nous parle. Rhétorique, cinéma, télévision (PUF, 2001).

    Cours de cinéma :
    - Police, de Maurice Pialat : analysé par Carole Desbarats, vendredi 19 octobre à 18 h 30 (entrée libre).
    - L'Italie à main armée : analysé par Jean-Baptiste Thoret, vendredi 2 novembre à 18 h 30 (entrée libre).
    - La Soif du mal, d'Orson Welles : analysé par François Thomas, vendredi 16 novembre à 18 h 30 (entrée libre).
    - Harry, un flic qui vous veut du bien : par Frédéric Bas, vendredi 30 novembre à 18 h 30 (entrée libre).

    Information pratiques :

    Forum des images
    Forum des Hall
    2, rue du Cinéma
    75045 Paris Cedex 01
    Métro : Les Halles, ligne 4 (sortie Saint-Eustache, Place Carrée) et Châtelet, lignes 1, 7 et 14 (sortie Place Carrée)
    RER : Châtelet-Les Halles, lignes A, B et D (sortie Rambuteau puis Forum - Place Carrée)

    Cycle Que fait la police ?

    TARIFS
    Liens : Assassin sans visage |L'Année du dragon |Les Flics ne dorment pas la nuit |Richard Fleischer |Bertrand Tavernier |Martin Scorcese |François Guérif |Don Siegel |Hugues Pagan |Orson Welles |Michael Cimino

  • 25/09 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page