k-libre - auteur - John Dickson Carr

Ce fut comme l'effondrement d'une digue. Elle n'avait pas su quelle forme prendrait cet effondrement. Des larmes, s'était-elle dit vaguement. Ou bien des accès de rire aigu, hystérique. Mais elle ne pleura pas et n'éclata pas de rire. Ce fut la colère qui l'emporta, un paroxysme de rage aveugle, stupéfiante, impuissante.
William Irish - J'ai épousé une ombre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 mai

Contenu

John Dickson Carr

MAJ lundi 12 janvier 2009
© D. R.

Biographie John Dickson Carr


Naissance à Uniontown le 30 novembre 1906.
Mort à Greenville le 27 février 1977.
Dès sa plus tendre enfance, John Dickson Carr s'immerge dans la bibliothèque paternelle et se nourrit de romans d'aventure écrits par Robert Louis Stevenson, Alexandre Dumas et Frank L. Baum (Le Magicien d'Oz). Au collège, il découvre Chesterton et Leroux. Les auteurs de romans à mystère nourrissent sa curiosité littéraire.
En 1921, il est inscrit à la High School d'Uniontown où se dessine une carrière d'avocat. Après plusieurs publications dans la revue de son lycée, il devient rédacteur en chef du magazine du Haverford's College où il publie les aventures de son premier détective récurrent, le Français Henri Bencolin. C'est d'ailleurs Paris et la Sorbonne qui se profilent.
Sa famille s'installe en Angleterre. John Dickson Carr y séjourne quinze ans pendant lesquels il gagne ses galons d'écrivain britannique. Il multiplie les résolutions de crimes impossibles par le truchement de ses détectives fétiches Gideon Fell et sir Henry Merrivale (pour ce dernier, sous le pseudonyme de Carter Dickson) dans les années 1930. 1938 voit apparaître son dernier détective majeur, le colonel March.
Parallèlement, John Dickson Carr écrit d'autres romans, plus singuliers, et travaille pour la BBC à de nombreux feuilletons radiophoniques pour la série Appointement With Fear.
De retour aux États-Unis, en 1942, il intègre CBS pour deux nouvelles séries de feuilletons radiophoniques, Suspense et Cabin B-13. En marge de ses récits de mystère, John Dickson Carr se plonge aussi dans les romans historiques. C'est dans l'histoire anglaise qu'il trouve l'essentiel de ses sources. Si ces romans historiques sont aussi policiers, ils mettent davantage l'accent sur l'aventure.
À la fin de sa vie, John Dickson Carr chronique des romans policiers pour la revue américaine Ellery Queen's Mystery Magazine. Il est l'un des maîtres incontestés du meurtre en chambre close.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page