k-libre - auteur - Robert Parrish

Avec une réaction que le Centre d'Entraînement aurait applaudie, il fourra dans sa bouche la tablette de chewing-gum encore dans son emballage et l'avala juste au moment où on lui défonçait l'arrière du crâne.
Trevanian - La Sanction
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 25 août

Contenu

Robert Parrish

MAJ vendredi 20 mai 2011
© D. R.

Biographie Robert Parrish


Naissance à Colombus le 04 janvier 1916.
Mort à Southampton le 04 décembre 1995.
Robert Parrish est un cinéaste américain. Très jeune, il fut d'abord acteur (comme sa mère et ses deux sœurs), avant de passer au montage, puis à la réalisation à l'âge de trente-cinq ans et accessoirement à la production.
Révélé par John Ford avec lequel il fera sept films en tant qu'acteur, de Maman de mon cœur (Mother Machrew, 1928 - par ailleurs second film dans lequel il tourne) à Je n'ai pas tué Lincoln (The Prisonner of Shark Island, 1936), il a par ailleurs côtoyé Raoul Walsh (La Piste des géants, 1930), Charlie Chaplin (Les Lumières de la ville, 1931), Frank Capra (Amour défendu, 1932), Frank Borzage (Le Destin se joue la nuit, 1937) et Robert B. Saintclair pour un ultime rôle (Coup de théâtre, 1938).
Après vingt-sept films en tant que comédien, et avant de passer derrière la caméra, il devient monteur. Sa seconde carrière débute dès 1942 avec La Bataille de Midway, un film réalisé par... John Ford alors que tous les deux sont dans l'Armée de mer des États-Unis. L'année suivante, il continue sa collaboration avec le réalisateur américain pour December 7th. Dans le même temps, les deux hommes réalisent des documentaires de guerre. De 1942 à 1951, onze films passent entre ses mains.
En 1951, il entame sa troisième carrière, cette fois derrière la caméra pour vingt-deux films réalisés jusqu'en 1983 (Pays d'octobre, co-réalisé avec Bertrand Tavernier) et quatre épisodes de séries télévisées (La Quatrième dimension et Johnny Staccato. On se souviendra de L'Aventurier du Rio Grande (The Wonderful Country, 1959), un western qui cumule tous les arguments du genre avec un Robert Mitchum au meilleur de sa forme en fuite, assassin de son père, combattant des Apaches et étrangement amoureux d'une belle jeune femme, mais aussi de Casino Royale (1967), un James Bond non officiel coréalisé à cinq avec David Niven en 007.


Bibliographie*

Réalisateur :

Monteur :

  • 1947 - Othello (Wild Side "Les Introuvables Fnac", avril 2012)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page