k-libre - auteur - Giorgio Scerbanenco

Une poigne invisible continue de serrer son estomac. Il a maculé le tapis préféré d'Isa. Un souvenir de famille, fabriqué à la main avec de la laine de mouton dans la casbah d'Alger. Il éructe, crache et finit par rugir, à genoux au-dessus du vomi qui parsème d'îlots nauséabonds la pièce artisanale.
Denis Zott - La Chute du Cafard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 février

Contenu

Giorgio Scerbanenco

MAJ dimanche 31 octobre 2010
© D. R.

Biographie Giorgio Scerbanenco


Naissance à Kiev le 27 juillet 1911.
Mort à Milan le 27 octobre 1969.
Né d'une mère italienne et d'un père ukrainien, Giorgio Scerbanenco quitte très tôt son pays natal. Il se retrouve d'abord à Rome, puis à Milan. Il a alors seize ans.
Il arrête tout aussi tôt ses études. Doit alors gagner sa croûte. Fait des petits boulots : manœuvre, balayeur... Collabore à des journaux féminins d'abord en qualité de correcteur avant d'écrire des nouvelles et des romans à l'eau de rose. Avant de se lancer dans l'écriture de westerns et de récits de science-fiction, il fait un passage au courrier du cœur.
Il publie son premier roman policier en 1940. Trois ans plus tard, c'est de nouveau l'exode. Après avoir fui devant la montée de la révolution russe (son père, professeur de grec et de latin, a-t-il appris, a été fusillé en 1917), c'est maintenant l'apogée du nazisme et du fascisme qui le contraint à partir en Suisse. Il y restera jusqu'en 1945, d'abord dans le camp de réfugiés de Büsserach puis dans le canton du Tessin, accueilli par des amies suisses de Teresa, son épouse. Là-bas, il écrit tout en conservant une certaine neutralité de ton encouragée par les autorités locales.
C'est avec la série des "Duca Lamberti", qui décrit l'Italie des années 1960 qu'il acquiert une certaine renommée, qui l'installe comme maître du roman noir italien, il giallo. Ses pairs ne s'y sont pas trompés, et on nommé un prix de son nom qui récompense un roman noir italien lors du Festival de film noir de Courmayeur.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page