k-libre - auteur - Éric Yung

Mais non, je t'ai juste un peu facilité la vie. Tu avais tout ce qu'il fallait. Une espèce de cruauté honnête.
Jerome Charyn - Sous l'œil de Dieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 janvier

Contenu

Éric Yung

MAJ samedi 30 octobre 2010
© D. R.

Biographie Éric Yung


Naissance à Abbeville le 30 mars 1948.
Éric Yung est titulaire d'une maîtrise de lettres classiques et d'une licence en droit pénal. Il est également diplômé de l'Institut de criminologie de la Sorbonne.
Après une carrière dans la police dans les années 1970, à la Brigade territoriale puis à la Brigade de Recherche et d'Intervention (le fameux Anti-gang du non moins fameux 36), Éric Yung entre au Quotidien de Paris au mois d'avril 198O. Au service "société" il est responsable des enquêtes et de la rubrique police-justice. Trois ans plus tard, en 1983, il participe au lancement du titre "Les Nouvelles littéraires", et y exerce la fonction de chef de service chargé de l'investigation. C'est à cette époque qu'il devient producteur-délégué à France Inter avec "Dossier X... en cavale", une première émission diffusée chaque dimanche soir et qui a pour thème de grands faits divers ; des histoires contées et ponctuées de reportages et de témoignages. Cette émission est honorée par le Prix Monaco pour du "Zoom dans la tête", un dossier consacré à Jacques Mesrine, l'ex-ennemi public numéro un.
Dès lors, l'activité professionnelle d'Éric Yung se divise en deux : la presse écrite et la radio.
En août 1985, il rejoint le "Matin de Paris", toujours au service société en tant que "grand reporter". Lorsque le titre disparaît il est embauché à VSD. Pour ce journal, c'est l'époque des changements. Maurice Siégel est décédé et son fils François lui succède. Éric Yung est nommé grand reporter, puis directeur-adjoint de la rédaction. Dans le même temps, il continue de produire "Dossier X... en cavale" mais lance, toujours sur France Inter, une émission quotidienne "Macadam Regard". Il s'agit d'un direct de trente minutes ayant pour thème un grand fait divers qui a marqué notre époque. Ainsi, chaque jour, à l'antenne et en direct, il raconte une histoire.
Mais au mois de septembre 1987, à la demande du Président de Radio France, Éric Yung part en Bretagne pour prendre la direction de Radio France Bretagne Ouest (RBO) avec pour mission de redynamiser la station et d'organiser "un grand Ouest radiophonique".
Un peu plus d'une année après (décembre 1988) il est nommé à la Direction des Radios Locales comme chargé de mission auprès du directeur-délégué de l'information des radios locales.
En 1989, Éric Yung est affecté à la rédaction de France Inter comme chef de Rubrique, puis devient chef de service (chargé du secteur police-justice-enquêtes) avant d'être nommé rédacteur en chef et chef du service des "Informations Générales". Durant ces sept années, et en plus de sa fonction de rédacteur en chef, il intervient dans les "matinales" avec une série de chroniques quotidiennes titrées successivement "Fait-divers", "Café-Crime" et "Nota Bene". Plus tard, "Nota Bene" sera transformé, durant trois ans, en chronique littéraire.
Depuis I989, à chaque grille d'été (juillet et août) Éric Yung produit et anime sur France Inter des émissions d'une heure telles que "Énigmes", "Affaires classées", "Pêcheur d'histoires", "Histoires d'années", "Hors la loi", etc.
Éric Yung a également produit et animé, sur France Inter toujours, "Philantropolar", une émission consacrée à la littérature noire et au polar et ce, durant cinq ans.
Enfin, Éric Yung avec le temps à ajouté à cette vaste palette une couleur scripturale. Parmi ses livres, citons La Tentation de l'ombre (Le Cherche Midi, 1999), dans lequel il relate des faits réels auxquels il fut mêlé mais transposés dans les années 1970 ; Un silence coupable (Le Cherche Midi, 2008), un roman qui mélange amitié, parricide et mort en isolement ; et dernièrement Mon ami le bourreau (Biro, 2010), narration de l'histoire vraie du marquis Bernardi di Sigoyer, assassin "Don Juan du crime" condamné à mort en 1947.



Présence à un festival :

2014 : Week-end noir à Neuilly-Plaisance

2011 : Paris noir | Sang d'encre | Toulouse, polars du Sud | Week-end noir à Neuilly-Plaisance

Bibliographie*

Essayiste :

Actualité

  • 18/03 Édition: Parutions de la semaine - 18 mars
  • 16/04 Colloque-conférence: Lancement de Polar pour tous
  • 27/02 Exposition: Noirs portraits à Paris
  • 24/02 Théâtre: Performance noire et pluridisciplinaire à Saint-Aignan-sur-Cher (41)
    En 2009, Nicolas Maisse et Étienne Chaize fondent l'association SONAR, qui a pour vocation d'organiser des animations artistiques où les créations plastiques et sonores se mêlent en des œuvres communes. Leurs terrains de jeu ? Des lieux inattendus, détournés de leur usage dénoté, qu'ils dénichent dans le Val-de-Cher - un territoire situé au sud du département du Loir-et-Cher. Les moyens de leurs explorations pluridisciplinaires - musique, graph, photo, vidéo, etc. ? Un projet baptisé "Les Transversales" qui consiste à proposer au long d'une "saison", des soirées à thèmes dont chacune investit un lieu donné, le plus surprenant possible, et convoque des artistes de tous bords.
    Demain samedi 25 février SONAR vous invite au Petit casino (place Wilson à Saint-Aignan-sur-Cher) pour une soirée noire qui en surprendra plus d'un : à partir de 20 h 30 les dessinateurs de BD du collectif tourangeau Le Mulot raide illustreront en direct, au fur et à mesure qu'Éric Yung, mué en conteur, les lira, les nouvelles qu'il a rassemblées dans son recueil Dernières nouvelles de l'étrange.
    Ce spectacle hors du commun sera suivi par la projection du film Assurance sur la mort, de Billy Wilder. Un entracte est prévu, pendant lequel on pourra boire, se restaurer sur le pouce, et acheter aux artistes les dessins qu'ils auront réalisés.
    La soirée est payante mais à tarif doux : 2 euros pour la lecture dessinée seule, 5 pour la projection, et 7 pour "la totale".
    Ultime précision : la performance a été baptisée "Vengeance tardive".

  • 25/03 Association: Affaires criminelles : quand l'histoire et la fiction se regardent
  • 29/10 Édition: Parutions de la semaine - 29 octobre
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page