k-libre - auteur - Josef Ladik

Janice n'avait pas envie de le voir, elle ne l'aurait pas supporté parce qu'au fil de la journée – non, au fil des années - elle s'était aperçue qu'elle n'aimerait jamais son mari autant qu'elle aimait sa fille.
Mo Hayder - Proies
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Josef Ladik

MAJ samedi 21 août 2010
© D. R.

Biographie Josef Ladik


Naissance à Paris le 05 septembre 1972.
Josef Ladik est un pseudonyme inspiré du personnage Jaromir Hladik, de la nouvelle "Le miracle secret" de Borges. Dans cette nouvelle Jaromir Hladik, auteur, est capturé et condamné à être exécuté. Seule la découverte du nom de Dieu, faite en rêve, lui permettra de bénéficier d'un sursis pour terminer son œuvre, le temps étant suspendu à l'instant où le peloton d'exécution déclenche la pluie de plomb destinée à l'abattre.
Pour Josef Ladik, le choix d'un nom d'auteur, sans pour autant se cacher, témoigne de la volonté de marquer symboliquement une frontière entre l'activité d'auteur et celle de magistrat. Elle témoigne aussi d'une contrainte, en référence à la nouvelle de Borges : composer avec un temps partagé entre vie de famille, exercice professionnel, et activités d'auteur (écriture et photographie).
Après avoir abandonné des études scientifiques pour plonger au cœur des problématiques sociales, Josef Ladik a opté pour le droit. Devenu juge d'instruction, considéré comme un expert en cybercriminalité, il voyage régulièrement à l'étranger pour former les enquêteurs et magistrats.
Au quotidien, les affaires dont il a la charge, des crimes de sang aux délits financiers, en passant par la criminalité organisée, l'espionnage ou les dérives sectaires lui offrent une vision sans concession d'une certaine part d'humanité et de certains milieux, des plus sordides aux plus huppés. Sans surprise, le pire y côtoie le meilleur, parfois toujours où l'on s'attendrait à le trouver, et la réalité dépasse souvent la fiction.
Il conçoit l'écriture comme un projectile à double effet : divertir pour inviter à réfléchir sur des questions essentielles, telles la liberté ou les dérives sécuritaires. Il injecte dans ses romans un degré de réalisme psychologique ou contextuel qui fait de la fiction une mise en culture de la réalité, pour mieux en observer les limites.
Avant d'être marqué à dix-sept ans par la découverte de l'œuvre de Borges, il a nourri son adolescence de la lecture de Pascal, Nietzche, Lovecraft, Boris Vian et Charles Bukowski. En matière de polar français ses références sont Jean-Patrick Manchette et Thierry Jonquet.



Présence à un festival :

2011 : Salon du polar de Méru

Bibliographie*

Romancier :

  • 2010 - Jéricho (First "Thriller", juin 2010)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page